mardi 16 décembre 2014

C'est fastoCHe !

J'aide le Bibou à s'habiller, et son pull reste coincé un instant sur sa tête, ce qui le fait râloter :

- Maman ! Pourquoi tu m'as casshé les yeux ? me demande-t-il avec sa prononciation enfantine, pas tout à fait un "s" mais pas encore vraiment un "ch".

- Oh, je te les ai cassés ? lui demandé-je pour le taquiner.

- Mais non, ca-ssssshhhés ! réplique-t-il.

- Au fait, on doit dire ca-chés. Et après une soudaine illumination, j'ajoute: il faut mettre la langue un tout petit peu plus en arrière.

Là, je le vois se concentrer, arrondir la bouche, placer sa langue, et dire:

- Ch... Cachés !

Depuis, il s'applique à prononcer de jolis "ch", même si on entend encore souvent son joli son mi-sifflant, mi chuintant d'avant. Son "ssh" d'enfant. Mon Bibou grandit... 

lundi 15 décembre 2014

Décor de film

Pour la photo du mois de décembre, on nous a donné une tâche à la fois facile et difficile : faire une photo sur le thème "décor de film".

L'exercice peut être facile ; en effet, chaque endroit, chaque lieu pourrait bien servir de décor. Il suffit d'avoir un peu d'imagination, et une rue, une pièce, un chemin de forêt devient le théâtre d'aventures ou de romances. Mais il est aussi difficile, car il faut savoir capturer ce lieu avec son appareil, retransmettre la vision* que l'on a de cet endroit, pour que celui qui regarde la photo puisse ressentir la même chose que nous.

C'est tout le défi de la photographie, en somme.

Je ne sais pas si j'ai réussi, mais ce que je sais, c'est que quand je me suis retrouvée devant cet étonnant paysage, je me suis sentie transportée ailleurs. Dans un film merveilleux ! Un film à la Big Fish, avec des créatures étonnantes, une nature vivante, de la brume... Ou pourquoi pas dans L'histoire sans fin ? On croirait presque apercevoir la Tour d'Ivoire au loin, et le dragon Falkor voler entre les nuages.

Voici donc mon décor de film :


Allez donc voir les décors des autres participants :

A'icha, Agnès, Agrippine, Akaieric, Alban, Alexinparis, Amy, Anne, Arwen, Aude, Autour de Cia, Ava, Bestofava, BiGBuGS, Blogoth67, Blue Edel, Brindille, Calamonique, Cara, Champagne, Chat bleu, Chloé, Christophe, Cocazzz, Crearine, Cricriyom from Paris, Cécile Atch'oum, Céline in Paris, Dame Skarlette, DelphineF, Destination Montréal, Dr. CaSo, E, El Padawan, Estelle, Eurydice, Eva INside-EXpat, Fanfan Raccoon, François le Niçois, Frédéric, Gilsoub, Giselle 43, Gizeh, Guillaume, Homeos-tasie, Isa de fromSide2Side, Isa ToutSimplement, Isaquarel, Josette, Julia, Kenza, KK-huète En Bretannie, Krn, La Fille de l'Air, Lau* des montagnes, Laulinea, Laurent Nicolas, Laurie, Lavandine, Lavandine83, Les bonheurs d'Anne & Alex, Loulou, Luckasetmoi, Lyonelk, magda627, Mahlyn, Mamysoren, Maria Graphia, Marie, Marion, Marmotte, MauriceMonAmour, Memories from anywhere, Milla la galerie, Mimireliton, MissCarole, Morgane Byloos Photography, MyLittleRoad, Nanouk, Nicky, Philae, Pilisi, Pixeline, princesse Emalia, Renepaulhenry, Rythme Indigo, Salon de Thé, Sandrine, Sylvie, Tambour Major, Tataflo, Testinaute, Thalie, Tofashionandbeyond, Tuxana, Utopique-Lily, Vanilla, Voyager en photo, Wolverine, Woocares, Xoliv', Yvette la Chouette, Zaza


*Le terme est du photographe David DuChemin

jeudi 11 décembre 2014

Dévédés

L'autre jour, le Bibou a réclamé que je lui mette son DVD de Thomas le petit train (sa nouvelle passion !). Comme je n'ai pas obtempéré assez rapidement, il est allé chercher son ardoise magique, et quand il est revenu, il avait écrit ça :

De bas en haut !

mercredi 10 décembre 2014

Comme un goût amer...

Pourquoi est-ce que juste au moment où on a l'impression que tout va enfin rentrer dans l'ordre, se stabiliser, survient un évènement qui nous donne l'impression d'un retour à la case départ ?

Nos soucis, je les ai peu étalés ici. Par pudeur, parce que beaucoup de monde que je connais dans la vraie vie lit mon blog, que je ne suis pas vraiment anonyme. Et puis parce que je ne veux pas passer mon temps à me plaindre alors qu'il y a des situations bien pire que la nôtre. Il n'empêche que déménager comme ça en n'emportant presque rien, retrouver du travail, redémarrer, repartir à zéro en somme, n'a pas été et n'est toujours pas si facile que j'ai pu le laisser paraître.

Je dis repartir à zéro, mais en réalité on a plutôt commencé dans les négatifs. On se fait aider, héberger. On emprunte. On reçoit. Heureusement, nous avons nos anges gardiens.

Et là, on devait enfin commencer à gagner plus que ce qu'on dépensait. On se voyait commencer à rembourser, à rendre la pareille, mais aussi à finalement obtenir notre indépendance. Quand un gros problème, une grosse dépense en imprévue, est venue éloigner tout ceci un peu plus. Comme si un fort courant nous avait tout à coup éloignés du rivage auquel on s'apprêtait à accoster.

Le pire, c'est ce sentiment qu'on a sans doute fait de mauvais choix, récemment ou dans un passé plus lointain. Pris de mauvaises décisions. Qu'on a raté quelque chose. Qu'il aurait suffi ou en tout cas fallu qu'on agisse différemment à certains moments de notre vie pour que tout soit différent, que tout soit plus facile.

Enfin. Tout pourrait être bien pire. On ne peut pas vraiment se plaindre. On va bien, on a un toit, on est bien entourés de personnes qui nous aiment et que l'on aime. Et on a l'espoir que tout sera bientôt plus facile. C'est déjà ça.

PS : Ce billet a été écrit il y a quelques jours. Maintenant je me sens déjà un peu mieux, même si les soucis sont toujours là, diffus...

mardi 9 décembre 2014

Alors on danse !

Un rythme de séga résonne dans la salle, et la foule se déhanche. Je laisse la musique m'envahir et je danse moi aussi. Je me sens bien, je me défoule, je me laisse aller... Ça faisait longtemps que je n'avais plus ressenti ça ! On pourrait presque se croire dans cette maison de Floréal, deux énormes haut-parleurs et le DJ dans un coin du salon, la musique qui joue jusque tard dans la nuit, ou dans un campement loué pour une occasion spéciale...


Pourtant, on est bien en Suisse. Dehors, il fait froid, mais on n'y pense pas ! Car dedans il fait chaud, et c'est ambiance océan Indien.

Comme dans les fêtes à Maurice, on avait évidemment commencé... par la nourriture ! Gato piman, samoussas, gato bringelle... les gajaks étaient certes moins abondants que dans les fêtes de là-bas, mais le goût y était. Pour le plat principal : briani pour moi, faratha pour mon homme.



La salle des fêtes s'est remplie peu à peu, jusqu'à être carrément pleine. Et dans cette région un peu reculée, tout le monde connaît tout le monde, ou presque. A un moment, l'amie avec qui on avait pris le repas revient vers nous avec quelqu'un qu'elle voulait nous présenter... eh bien, on la connaissait déjà ! On avait rencontré C., mauricienne habitant en Suisse, pour la première fois à Maurice, à travers sa meilleure amie, une amie à nous, Suissesse résidant à Maurice (qui se reconnaîtra en lisant ceci ;). Vous le saviez, vous, que le monde était si petit ?



Un petit spectacle de danse (du sega, what else ?)...


...suivi d'un concert : Désiré François du groupe Cassiya avait fait le déplacement jusqu'ici ! Le concert a été plutôt express (même pas une heure), mais j'aime beaucoup ses chansons.


Puis on a dansé, on s'est déhanché, on a "tousse sali", on a "levé les bras". Ça faisait tellement de bien, c'était tellement entraînant, envoûtant !

(Et ça faisait d'autant plus de bien que les jours qui ont suivi ont été un peu difficiles... le billet viendra demain)

A la fin de cette soirée, je me sentais toute nostalgique. Moi qui l'étais déjà un peu après avoir lu le billet rempli de belles photos de la Bernique. A quand des petites vacances là-bas pour nous ? Revoir la famille, aller dire bonjour aux amis, et surtout présenter le petit dernier aux grands-parents... Pas dans trop longtemps, j'espère.

lundi 1 décembre 2014

[Les évasions de Laf et Cara] De toutes les couleurs

Le soir, mes garçons s'endorment sous un ciel étoilé... des étoiles de toutes les couleurs !




De quoi faire de jolis rêves, non ?




N'hésitez pas à poster le lien de votre billet ici ou chez Laf si vous souhaitez participer aux évasions, je me réjouis de voir ce que vous avez préparé.

lundi 24 novembre 2014

Les évasions de Laf et Cara

La semaine prochaine, c'est reparti pour les Evasions de Laf et Cara, petit rendez-vous photographique sans prétention - auquel vous êtes d'ailleurs chaleureusement invités à participer !

Comme d'habitude, Laf et moi annonçons aujourd'hui le thème avec lequel nous allons jouer. Ce mois-ci, nous avons choisi une expression colorée ! Il s'agit de...

De toutes les couleurs


A traiter au sens propre ou figuré, avec une ou plusieurs photographies... faites-nous rêver !

On se réjouit de voir votre participation tout au long de la semaine prochaine. N'oubliez pas de venir laisser un petit mot ici ou chez Laf avec un lien vers votre billet. Et pour avoir toutes les règles du jeu, c'est ici.

lundi 17 novembre 2014

J'veux du sommeil !

En ce moment, mes enfants me font vivre une période un peu difficile. On dirait qu'ils se sont donné le mot pour m'épuiser...

- Il y a le petit qui ne dort toujours pas la nuit. Bon, à cinq mois, on peut encore le lui pardonner, d'autant que ça va quand même de mieux en mieux. Il s'endort tous les soirs à huit heures, après la tétée, seul dans son petit lit, mais se réveille encore une ou deux fois. Mine de rien, ça fait depuis le mois de juin que je n'ai pas dormi une seule fois plus de cinq heures d'affilée. Et quand enfin il lui arrive de dormir un tout petit peu plus longtemps...

Dans la poussette, c'est bon, il roupille toujours comme un petit ange.

- ...c'est le grand qui se réveille et nous appelle. Ou alors, qui se réveille carrément en hurlant parce qu'il a fait un cauchemar. Cette nuit, il y avait une tortue dans son lit, « mais une vraie, hein ! ». Il a fini sa nuit dans notre lit, et moi je n'ai plus pu fermer l’œil.

- En journée, le petit ne veut plus faire ses siestes. Dès que je fais mine de le poser dans son berceau, il se met à hurler et à sangloter et ne s'arrête que quand je lui donne à téter, ou presque. Où est passé le bébé qui s'endormait si facilement il y a quelques mois ?

Bébé roule et "s'enfuit" de son tapis d'éveil.

- Le grand quant à lui fait à peu près tout ce qu'il peut faire pour se faire remarquer... et me faire enrager !
Avant chaque repas ou presque, il se plaint qu'il n'aime pas ce qu'il y a dans son assiette. Même quand je lui ai fait un joli dessin, il trouve à y redire : la "neige" n'est pas assez blanche, il manque une cheminée à la maison ou encore des gardes-boue (si, si !) à la voiture ! Il finit toujours par manger en disant que c'est très bon, mais seulement après une bonne crise de nerfs de ma part et de la sienne, et parfois un petit "séjour" sur le canapé (la punition du moment).
Pendant les promenades, il va à toute vitesse sur sa trottinette, ne s'arrête pas quand je le lui demande, traverse la route (de notre petit village où il n'y a presque pas de voitures, mais quand même), voire laisse aller sa trottinette toute seule dans une descente, au risque qu'elle percute quelque chose ou se renverse dans un champ. J'ai beau lui expliquer et lui réexpliquer les règles avant chaque excursion, ça n'y fait rien. Grrrrmph.

Balade en trottinette, avant les frimas. Difficile à croire que c'était il y a tout juste un mois (le 18 octobre !)

Hier, il a fini puni dans sa chambre où il a hurlé et pleuré pendant une bonne vingtaine de minutes... Heureusement que le petit dormait pendant ce moment, et qu'il ne s'est pas réveillé, car sinon je crois que j'aurais craqué. Quand je suis allé le rechercher, il m'a énuméré toutes ses bêtises d'une petite voix, a dit qu'il avait bien réfléchi et qu'il ne le ferait plus... Mais je ne sais pas pourquoi, je n'y crois qu'à moitié. Surtout qu'il a aussi affirmé dans la foulée qu'il aimait bien faire des bêtises, *soupir*...
Je rêve de les mettre en pension quelques jours et de me faire une bonne cure de sommeil. Qui est intéressé par deux petits monstres ? Personne ? Bon, tant pis.