dimanche 6 avril 2014

Petits bonheurs à (re)découvrir

De retour en Suisse depuis bientôt deux mois, je redécouvre encore beaucoup de petites choses que j'avais oubliées. Je ne me souvenais plus, par exemple, comme le printemps était beau. L'excitation quand on voit apparaître les premières petites fleurs, les taches jaunes éclatantes des forsythia, les arbres fruitiers qui se couvrent entièrement de petites fleurs blanches. Ils n'ont vraiment rien à envier aux fameux flamboyants mauriciens, que j'adore pourtant !

Feuilles printanières

Et cet après-midi, nous avons fait une petite balade avec un but bien précis : cueillir de l'ail des ours. Ces belles feuilles lisses, vert tendre, au goût d'ail, sont délicieuses en pesto (puis sur des pâtes, avec de la sauce tomate... miam !).

Bibou très concentré... qui cueille la mauvaise feuille

Le Bibou en a cueilli pendant au moins 5 minutes (avec quelques petites erreurs tout de même, on a dû trier après coup), avant d'abandonner. Ses cousines blondinettes (à vrai dire, ce sont mes cousines, même si elles sont plus proche en âge de la génération suivante), un peu plus grandes, ont tenu un peu plus longtemps.

Après la cueillette, nous avons repris la voiture pour aller un peu plus haut et admirer les champs de jonquilles.


Les cousinettes s'en sont donné à cœur joie, elles ont fait chacune un grand bouquet. Le Bibou, lui, avait plutôt tendance à piétiner les fleurs, même s'il a fini par comprendre et par faire attention.


Plein de petits bonheurs à redécouvrir (ou à découvrir pour le Bibou !)... que je me réjouis de partager avec mon homme, qui arrive - enfin ! - la semaine prochaine.

samedi 5 avril 2014

Fille ou garçon ?

C'est la question qu'on entend à tous les coups. "Tu es enceinte ? Félicitations ! Et c'est une fille, ou un garçon ?"

Eh bien cette fois-ci, nous n'en savons rien. Nous avons expressément demandé à la gynécologue de ne pas nous le révéler. Quand j'étais enceinte du Bibou, nous n'avions rien dit, et c'était venu spontanément lors de l'échographie : "Oh, enn ti mal-élevé ça ti bolomme-là !" (semblerait que le petit bonhomme avait une main sur son petit oiseau).


Mais là, non. Nous aimerions avoir la surprise. Du coup, surtout quand j'étais à Maurice, tout le monde essayait de deviner le sexe d'après divers critères... plus ou moins farfelus. Il y a d'abord la forme du ventre... arrondi, c'est pour une fille, pointu pour un garçon. Il y a aussi le moment où on commence à le sentir bouger : si le bébé bouge rapidement, il s'agit d'une fille ! Les petites filles donneraient aussi plus de nausées que les garçons. Ah, et il semblerait qu'une femme enceinte soit davantage resplendissante lorsqu'elle attend une fille que lorsqu'elle attend un garçon...

Vous voulez savoir ? Mon ventre est plutôt arrondi (fille ?), j'ai commencé à le sentir bouger plutôt tard (garçon ?), j'ai eu des nausées atroces pendant presque quatre mois (fille ?)... et évidemment, je suis toujours resplendissante ! (mais je l'étais aussi quand j'étais enceinte de mon petit garçon, cela va sans dire).

Bref, ça sera difficile d'être fixé avant le jour de la naissance. Quant à ce que je souhaiterais... Bon, eh bien comme j'ai déjà un petit mec, j'adorerais avoir une petite fille cette fois-ci. Pour lui mettre de petites robes et lui faire des couettes, et puis... parce que les filles, c'est drôlement chouette, quand même ! Plus sérieusement, j'ai passé une magnifique enfance avec mes deux sœurs, et je partage beaucoup de choses avec ma maman... Mais si j'ai un deuxième petit garçon, je sais que je serai ravie aussi. Le premier est si bien réussi que le deuxième ne peut être que superbe ;)

Et vous, vous avez des trucs pour deviner le sexe du bébé ? Dites-moi tout, je ferai le test et vous donnerai le résultat !

lundi 31 mars 2014

Adieu l'hiver, bonjour le printemps !

Vendredi soir, au village, c'était Carnaval. Ici, la tradition se confond avec celle du bonhomme hiver.

Tout le village se donne rendez-vous devant l'école. Le bonhomme hiver est là sur sa charrette, on s'apprête à le brûler pour dire adieu à cette saison et bonjour au printemps qui arrive.



Les enfants s'étaient déguisés pour l'occasion. J'ai vu plein de petites princesses, des indiens, un petit lion, une fée, des pirates... Quant au Bibou, il était déguisé... en chat ! Il avait revêtu le costume que ma maman avait cousu pour moi lorsque j'avais un an et demi. (et que chacune de mes sœurs a porté ensuite, comme vous pouvez le voir sur le blog de Loulou)




Le cortège démarre et traverse le village, accompagné d'une clique pour faire un peu de bruit. Mais le Bibou n'a même pas eu peur.





Contrairement aux apparences, ceci est un sourire

On arrive enfin aux abords du terrain de football, où on met le feu au bonhomme hiver. Ça réchauffe et ça éblouit !





Après tout ceci, le Bibou était épuisé. Un petit pain et une branche de chocolat plus tard, on est tranquillement rentré à la maison.

jeudi 27 mars 2014

Paroles de Bibou (11)

Le Bibou n'arrête pas de parler... Il commence au réveil, en m'annonçant généralement une grande vérité, du genre : "Maman, les camions ils ont des roues !" et ne s'arrête qu'après avoir causé une vingtaine de minutes tout seul dans son lit, le soir au coucher. Du coup, parmi tout ce qu'il raconte, il y a de nombreuses perles... J'en ai noté quelques-unes.
  • Un matin, au réveil :
    - Maman, z'aimerais aimer papa.
    - Mais on l'aime déjà, mon chéri... On l'aime très fort papa.
    - Oui, mais z'aimerais l'aimer de plus près.
  • A la bibliothèque, je lis un livre au Bibou sur un petit escargot qui parle de ce qu'il veut faire plus tard.
    - Et toi Bibou, qu'est-ce que tu voudras faire quand tu seras grand ?
    - Attraper les livres tout en haut de la bibliothèque !
    - ...
  • - Mais comme métier, qu'est-ce que tu voudras faire ? Pompier ? Policier ? Maître d'école ?
    - Oui, ze veux mettre des colles !
 
  • Tous les jours, les tantes du Bibou vont à l'université. Du coup, le Bibou, en jouant :
    - Ze suis à la luniversité.
    - Ah ! Et qu'est-ce que tu fais à l'université ?
    - Ze fais les commissions !
  • Au petit déjeuner :
    Bibou : Maman, z'aimerais pas manzer la peau des pains.
    Moi : C'est de la croûte.
    Bibou : On appelle ça de la croûte, parce que c'est la peau des pains.

vendredi 21 mars 2014

Avec mon petit garçon

Je crois pouvoir dire que je traverse en ce moment une période d'incertitude. Je n'ai pas encore de travail, ne sais pas exactement ce que j'aimerais faire ni ce qui sera compatible avec l'arrivée de notre tout petit. Mon homme n'est pas encore arrivé (même s'il a enfin eu son visa !), il me manque, il manque à son fils... Je ne sais pas je serai dans trois mois, ou dans quatre. Ici ? Dans un petit appart' rien qu'à nous ? On verra.

En attendant, même si je passe beaucoup de temps à ne rien faire, j'essaie aussi de profiter des petites choses qui seront plus difficiles à faire quand notre deuxième minus sera arrivé, ou que j'aurai un travail. Comme passer des moments seule à seule avec mon Bibou. Des journées mère-fils, comme mercredi, où nous avons pris le train ensemble pour nous rendre à Neuchâtel.

Nous sommes d'abord allés à un espace appelé la Courte Echelle. C'est un lieu d'accueil pour les enfants, qui viennent avec un accompagnant, leur maman ou quelqu'un d'autre. Il y a une grande salle remplie de jouets, des petites voitures, des livres, un coin pour jouer avec de l'eau, de la pâte à modeler. Une petite pièce toute rembourrée où on peut se rouler par terre et sauter sans se faire mal. Un autre endroit avec des petites voitures sur lesquelles rouler. Bref, tout pour plaire à mon petit mec, qui ne savait plus où donner de la tête.


C'est aussi l'occasion de rencontrer d'autres parents (bon, surtout des maman et des grand-mamans, à vrai dire) et de discuter avec les deux animatrices du lieu. Très sympa.

Ensuite, on est allé manger. Tous les deux, juste le Bibou et moi, dans le restaurant d'un grand magasin. Comme j'aime marcher dans la rue avec mon grand garçon qui me tient par la main ou marche près de moi. Prendre le bus avec lui. Monter en escaliers roulants jusqu'au restaurant. Manger en tête à tête avec lui. Mon petit mec à moi.

On est aussi allé au Musée d'histoire naturelle, où le Bibou a aimé voir les animaux empaillés. Il est à l'âge où il n'arrête pas de poser des questions tout le temps ; il passait d'une vitrine à l'autre en me demandant : "C'est quoi comme animal, ça ?" - "Et ça s'appelle comment, cet animal ?" - "Mais il s'appelle comment d'autre ?". A la salle des oiseaux, il a adoré appuyer sur les boutons pour entendre leur chant. Enfin, surtout appuyer sur les boutons, en fait, il n'écoutait pas vraiment ce qui se passait après.

La journée n'était pas encore finie, puisque nous avons encore pris un funiculaire pour aller jouer à une jolie petite place de jeux dans les hauteurs. C'est là que j'ai pris la seule photo de la journée, avec mon téléphone.


Du coup, en rentrant, le Bibou était épuisé. A tel point qu'il a fait une énorme crise de nerfs avec hurlements, sanglots et larmes et qu'il refusait d'entrer dans la maison, mais ne voulait rien faire dehors non plus... Il a fini par s'endormir dans mes bras, au milieu de la salle à manger.

lundi 17 mars 2014

Que de changements !

En vrac, pêle-mêle et dans le désordre, voilà les petites choses qui ont changé pour le Bibou. Mon petit mauricien n'avait encore jamais vécu dans un pays froid, et il y a eu quelques ajustements à faire...

- Pour sortir, il faut mettre ses bottes, son gros manteau, son bonnet et ses gants. Faire rentrer chaque doigt à sa place, aïe aïe aïe ! Enfin, ça c'était au début, maintenant une petite veste ou une jaquette suffisent, heureusement

- Avant de se laver les mains, il faut se retrousser les manches. A Maurice, en t-shirt, ce n'était pas nécessaire !

- La nuit, il vaut mieux rester bien couvert. Et ce n'est pas évident pour le Bibou qui se tourne et se retourne, et aime bien s'allonger sur son duvet...

- Finies les douches à l'eau froide ! Le Bibou qui ne voulait jamais d'eau chaude a bien dû s'habituer à l'avoir au moins tiède.

- Maintenant, c'est chaussettes obligatoires ! Il essaie bien encore de faire le rebelle de temps en temps, mais de manière générale, ça se passe plutôt bien.

- Ses petites mains ainsi que ses joues sont toujours toutes sèches. Et la crème, il n'aime pas trop ça... Dire qu'il y a quelques semaines, il avait des boutons de chaleur... 

Voilà, en gros, pour le côté "adaptation au climat"... qui se passe d'ailleurs sans trop de problèmes. Je me demande si son papa s'adaptera aussi vite ;)


samedi 15 mars 2014

Madeleine de Proust

Le thème de la photo du mois de mars n'était pas facile : quelle est votre Madeleine de Proust ?

De retour depuis peu à l'endroit où j'ai passé mon enfance, je devrais pourtant être assaillie d'odeurs et de goûts qui me rappellent des souvenirs... Mais ce n'est qu'il y a quelques jours que j'ai finalement eu le déclic : les bonbons !


Ah, les lasagnes au goût acidulé... Quand j'étais à l'école primaire, j'en achetais très souvent avec mon argent de poche, au 'petit mag' du village, avec mes copines. J'adorais ça ! Dans ma chambre, j'avais un genre de petite armoire à bijoux avec plusieurs tiroirs. Je n'étais pas très fifille, alors l'un des tiroirs était rempli de bonbons, un deuxième de plumes d'oiseau... les autres, j'ai oublié.

Bref, quand j'en mange aujourd'hui, je replonge quelque peu dans ces années d'insouciance... et vous savez quoi ? J'adore toujours ça !

Et si vous alliez voir quelles sont les Madeleines des autres participants ? C'est par ici :

Béa, Alice Wonderland, Maria Graphia, MauriceMonAmour, A chaque jour sa photo, Bestofava, Renepaulhenry, princesse Emalia, La Dum, Nie, Arwen, Kantu, Josiane, Nicky, Mamysoren, Lavandine83, Dame Skarlette, Calamonique, Mimireliton, KK-huète En Bretannie, Fanfan Raccoon, Céline in Paris, dreamtravelshoot, Cécile Atch'oum, DelphineF, Pilisi, Cara, Stephane08, Proserpinne, Viviane, Chat bleu, Anne, Lavandine, La Berlinoise, hibiscus, Pica Moye, Cécile - Une quadra, Joane, Hypeandcie, Chloé, Marie, Les bonheurs d'Anne & Alex, Christophe, Aude, Thalie, Galinette, InGrenoble, Giselle 43, AurélieM, François le Niçois, BiGBuGS, Akaieric, Elsa, Ann, Champagne, Mahlyn, Tuxana, Une niçoise, Xoliv', Trousse cadette, Pixeline, Oscara, Filamots, Dr. CaSo, Testinaute, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, The Singapore Miminews, El Padawan, Nana, Lyonelk, Sephiraph, Vanilla, Laulinea, Gilsoub, Elodie, FloRie, Krn, Blogoth67, Marmotte, CetO, J'adore j'adhère, Un jour, une vie, La Nantaise à Paris, Sylvie, Cynthia, eSlovénie, Agathe, Cekoline, Frédéric, MissCarole, Lucile et Rod, A'icha, Tataflo, Isa de fromSide2Side, Claire, E, The Parisienne, Agnès, Sailortoshyo, Crearine, Rythme Indigo, Alexinparis, Cricriyom from Paris, Eurydice, Woocares, Philae, Homeos-tasie, magda627, Claire's Blog, Angélique, Ti' Piment, Alban, Gizeh, Guillaume, La Fille de l'Air, Isaquarel, Ava, Morgane Byloos Photography, Mère débordée

Et vous... quelle est votre Madeleine de Proust ?

mercredi 5 mars 2014

Souffle les bougies

Il y a tout juste trois ans, un petit bonhomme pointait le bout de son nez... Le Bibou, que je n'avais pas encore surnommé ainsi, débarquait dans nos vies pour les chambouler complètement. Quel bonheur ! Quel travail, quelle fatigue, mais quel bonheur !

Trois ans après, il nous fatigue toujours parfois (même s'il a arrêté de nous réveiller la nuit, ouf !), mais nous apporte toujours un tas de joie.

Cette année, son anniversaire a été fêté tout simplement, en famille. Un petit gâteau à midi, un autre le soir.


Le gâteau du midi était aux pommes, et il n'a reçu un accueil que mitigé de la part du Bibou.


Il a adoré les bougies, et les bonbons qui le décoraient, mais n'en a pour ainsi dire pas goûté une bouchée.


Celui du soir, au chocolat (200% chocolat même, c'était une tourte truffée, mon gâteau préféré), en a eu un peu plus... Même si je crois que les Smarties de la déco l'ont intéressé encore davantage !


Le Bibou était tout excité, tout heureux de fêter son anniversaire. C'est la première année où il se rend vraiment compte de ce qui lui arrive ce jour-là...


D'ailleurs, le lendemain, il en redemandait... avec sa formulation bien à lui : « Maman, j'ai un p'tit peu besoin d'avoir mon anniversaire ! »


Et le tout s'est déroulé sous les yeux de son papa, et même de ses grands-parents... par skype interposé. Vive la technologie qui fait paraître les absents moins loins !