samedi 8 décembre 2018

Calendrier de l'Avent

Cette année, j'étais inspirée et j'avais vraiment envie de faire quelque chose de sympa pour le calendrier de l'Avent de mes garçons. Alors, j'en ai fabriqué un en tissu que je pourrai réutiliser, et j'ai cherché quelques idées de surprises à mettre à l'intérieur.

Quand j'étais petite, ma maman faisait chaque année un calendrier de l'Avent pour mes sœurs et moi. En général, elle suspendait de petits sachets à une ficelle sur la cheminée. Certaines années, on avait de petits chocolats, ou de petites surprises, des décorations à suspendre au sapin... Certaines fois, elle avait aussi mis dans chaque sachet une partie des pièces d'un grand puzzle. On pouvait donc faire chaque jour une petite partie du puzzle, qui était complet le 24 décembre.

Ces dernières années, je n'étais pas trop inspirée pour le calendrier de mes enfants. Je mettais en général simplement de petits chocolats, ou de petites boules de Noël en forme d'étoile à suspendre au sapin, dans un calendrier en bois avec de petites portes que j'avais récupéré. Mais cette année, j'avais envie de faire autre chose.


J'ai acheté d'occasion deux écharpes aux jolis motifs de saison, que j'ai découpées, puis cousues pour en faire de petites pochettes. Bon, pour être honnête, c'est ma maman qui a fait la plus grande partie de la couture. J'ai inscrit les numéros sur de petites étiquettes en carton. Ensuite, il suffisait d'acheter des baguettes de bambou, de les attacher avec de la ficelle, et de suspendre le tout.


Pour les surprises à glisser à l'intérieur, j'avais déjà acheté de petits chocolats, mais j'avais envie de compléter avec quelque chose d'autre. J'ai alors fait quelques recherches sur le net, et je suis tombée entre autres sur ce billet ou celui-ci.


J'ai décidé de glisser chaque jour un petit papier avec une "mission", la mission du jour. Parfois, la mission du jour est de résoudre une petite énigme pour trouver où les chocolats sont cachés. Ou alors, il s'agit d'une petite activité que nous pouvons faire ensemble : décorer le sapin, faire des cartes de Noël, des décorations pour le sapin, déposer nos livres sur le thème de Noël près du sapin, regarder un film ensemble... etc.


J'avoue que je suis plutôt contente du résultat ! Et les enfants sont enchantés - c'est le plus important. Un matin, j'ai oublié d'ajouter la petite carte avec la mission du jour (je les rajoute au fur et à mesure que j'ai de l'inspiration), et mon grand était tout déçu. Oups. Mais du coup, ils se lèvent très facilement tous les matins et se dépêchent d'aller dans le salon pour découvrir la petite surprise du jour.

Et chez vous, comment ça se passe ?

mercredi 5 décembre 2018

Chem, cheminée !

Nous avons le monde à nos pieds. Et qui peut voir ce spectacle en-dehors des oiseaux, des étoiles, et des ramoneurs ?
Bert, dans Mary Poppins


Il y a quelques jours, nous avons fait découvrir Mary Poppins aux enfants. J'avais acheté le DVD d'occasion il y a quelques mois.

Ce film m'a beaucoup impressionnée, quand j'étais enfant. J'ai dû le voir au moins cinq ou six fois, si ce n'est plus. J'étais émerveillée quand ils sautaient dans le dessin à la craie ou dansaient sur les toits de Londres. Je n'y comprenais rien quand ils s'envolaient au plafond à force de rire ou que les enfants créaient une émeute à la banque en refusant de donner leur deux pence. Et les banquiers qui renvoient le père de Jane et Michael à la fin me faisaient horriblement peur... En fait, ce film m'a toujours laissé un sentiment étrange, un mélange de magie et d'étonnement.

Je me demandais si les enfants allaient aimer ce film - ils n'ont pas l'habitude de regarder autre chose que des dessins animés. Mais ils ont aimé. On l'a regardé en deux fois, parce qu'il est quand même très long. Et ils ont apprécié... Même si notre grand n'a pas arrêté de poser des questions : pourquoi... ? comment... ?

Moi aussi, j'ai bien aimé revoir ce film. Parce qu'il me rappelle des souvenirs, et parce que c'est intéressant de le voir en ayant grandi. On comprend d'autres choses. La mère qui milite pour le droit de vote des femmes, le père qui ne s'intéresse pas vraiment à ses enfants, jusqu'à la fin... On voit d'autres détails. Les décors en carton-pâte et les arrières-plans peints. Mais j'ai bien aimé le revoir.

Au moment de mettre les enfants au lit après le film, j'aurais aimé pouvoir fredonner la chanson magique de Mary et que les enfants s'endorment instantanément. Oh ! Et j'adorerais aussi pouvoir claquer des doigts pour ranger les jouets ! Pas vous ?

Et le film, vous l'avez vu ? Vous connaissez aussi toutes les mélodies par cœur ?

lundi 26 novembre 2018

Matinée cinéma

Imaginez une salle de cinéma. Sur l'écran, plusieurs courts métrages d'animation. Dans la salle, des tas de gamins tout petits, 4 ans, 6 ans, 7 ans, et même des bébés dans les bras de leurs parents.

Mes enfants ont beaucoup apprécié tous ces petits films, tous sur le thème de la maison, de l'habitation. Nous aussi d'ailleurs. C'était aussi sympa d'être dans ce cinéma rempli d'enfants. On entendait de temps en temps une question - "Pourquoi elle a fait ça, la dame ?" - mais pas un cri, pas un pleur, le petit public était captivé.




Mon mari et moi avons tous deux préféré le court métrage Outdoors. Une petite fille en patins à roulettes cherche une grand-mère qui elle-même cherche son oiseau qui s'est envolé... Le tout dans les rues de New York, entre les grattes-ciels immenses et au milieu des taxis jaunes. Très joli, très poétique. Quant aux enfants, ils ont tous deux adoré Le Pingouin, qui reprend la chanson du pingouin qui avait trop froid sur sa banquise et s'en va vivre sous les tropiques.

Après la séance, les enfants pouvaient faire un petit collage pour fabriquer une maison en papier. Ils s'en sont donné à cœur joie avec leur tube de colle et leurs crayons... Comme d'habitude, très concentrés sur leur tâche.



Une jolie matinée en famille... qui n'a pas empêché les cris de revenir, plus tard. Mais chut, ceci est une autre histoire.

mercredi 21 novembre 2018

Instant de vie - La sonnerie de portable

Je fais la queue devant un petit kiosque pour m'acheter des chewing-gums. Devant moi, un homme est au téléphone, apparemment avec sa copine, et fait profiter tout le monde de sa conversation.

Quand arrive son tour, il demande des cigarettes, et la vendeuse lui lance :

- Elle est trop bien, votre sonnerie de portable ! C'est quoi ? Je peux la télécharger quelque part ?

Moi qui croyais qu'elle allait lui faire une remarque... Ça m'a bien fait sourire !

lundi 19 novembre 2018

Un mammouth dans mon bujo

Voilà bientôt 8 mois que j'utilise un bullet journal. Avec plus ou moins d'assiduité selon les semaines, les périodes, mais depuis avril, je l'ouvre vraiment régulièrement. Après quelques faux départs en février et mars. Et j'adore ça !

Ça m'a vraiment aidée à m'organiser. Avant, j'avais tout dans la tête, et j'en oubliais la moitié... J'avais un agenda que j'ouvrais de moins en moins, et je n'ai jamais su / voulu / réussi à me mettre à utiliser celui de mon téléphone. J'aime avoir un stylo dans la main et du papier sous mes doigts.

Là, je me sens vraiment libre de tout noter. Les choses à faire et les événements à venir bien sûr, mais aussi une checklist des choses à emmener en voyage, un tableau récapitulatif des factures à payer, la liste des livres que j'ai lu et des films que je suis allée voir au ciné. C'est tellement jouissif de mettre une petite croix dès qu'on a effectué une tâche !

Pendant une longue période, je faisais des semaines très simples, à la manière d'un agenda traditionnel, avec juste quelques petits dessins à côté de la date. Ça me convenait bien, mais il y a quelques semaines, j'ai eu envie de changer. Je me suis mise à faire des mises en page un peu plus élaborées et d'autres styles de dessin. C'est ça aussi que je trouve magique, avec les bullet journal. Quand quelque chose ne nous convient plus, pas besoin d'attendre la fin de l'année pour remédier à cela. On prend la page suivante, et on dessine la semaine suivante comme on veut.

Voici la page de la semaine dernière... photographiée avant que je ne commence à l'utiliser. C'est celle dont je suis le plus fière jusqu'à présent !

weekly spread bullet journal mammouth laineux wollly mammoth
Une semaine de mon bujo, inspirée du livre Comment bien laver son mammouth laineux, de Michelle Robinson et Kate Hindley


Et vous ? Vous avez un bullet journal ? Vous êtes plutôt dessins élaborés, ou semaine toute simple ?

samedi 17 novembre 2018

Retour sur la toile ?

Ça fait bien longtemps que je n'avais plus posté. Avant le billet de la photo du mois, je veux dire. Mais là, je crois que j'aimerais tenter un retour sur la blogosphère.

 

Je n'ai plus rien posté, mais pas tout à fait rien écrit. Ces derniers mois, je me suis connectée peut-être quatre ou cinq fois ici, ai commencé la rédaction d'un article, avant de l'abandonner. Bien plus souvent encore, j'ai formulé des phrases dans ma tête, imaginé une introduction, trouvé un titre. Des bribes de billets, sur des choses que j'aurais aimer raconter plutôt que de les garder pour moi. Sans pour autant sauter le pas pour de vrai.


Aujourd'hui, je suis là et je vais essayer de revenir poster de temps en temps. Je ne suis pas encore sûre de la direction que cela va prendre - j'ai plein d'idées en tête et pas vraiment de ligne directrice - mais on verra bien. En tout cas, ça parlera de moi. De ce que j'aime, ou pas. Il y aura des photos bien sûr. J'espère que ça pourra vous intéresser !



Rendez-vous donc dans quelques jours pour le prochain article.

jeudi 15 novembre 2018

Abécédaire

Deux articles commencés, restés au stade de brouillon. Des dizaines d'autres dans la tête, que je n'ai pas pris le temps ou eu le courage d'écrire. Mais peu importe, puisque aujourd'hui, c'est le jour de la Photo du Mois ! Et l'idée derrière le thème d'aujourd'hui, Abécédaire, était de repérer des lettres dans notre environnement... et de les immortaliser.

Je me suis demandée si certains auront réussi à trouver des B, des G ou des Q... Moi, j'ai trouvé un joli K, et j'étais déjà plutôt contente. Mais je vous laisse juger :

 
Et allez donc jeter un œil aux lettres des autres participants :

Eurydice, Mirovinben, Laurent Nicolas, Cricriyom from Paris, Danièle.B, Xoliv', Pat, Tambour Major, Marie-Paule, Who cares?, Lilousoleil, Julia, Alexinparis, Cara, Gine, DelphineF, ChristL, Mamysoren, J'habite à Waterford, Giselle 43, Brindille, Nanie, Aude, Blogoth67, Gilsoub, Nanouk, Sous mon arbre, magda627, Philisine Cave, El Padawan, Christophe, Sandrin, Pilisi, Morgane Byloos Photography, La Tribu de Chacha, Pink Turtle, Jakline, Lavandine, Krn, Angélique, Frédéric, Céline in Paris, Josiane, Escribouillages, écri'turbulente, Amartia, Nicky, Akaieric, Josette, Renepaulhenry

lundi 28 mai 2018

Trois petits oiseaux

Un samedi de mars, je décide d'occuper mes enfants en leur faisant faire une petite activité : une jolie carte de vœux avec trois petits oiseaux, selon un modèle trouvé sur Pinterest, et qui provient d'un joli blog.

J'avais réalisé le modèle. Mon grand a fait la sienne tout seul ; je n'ai fait que lui donner quelques conseils. Pour le petit, c'est une autre histoire : j'ai du tenir la feuille de papier pour qu'il découpe à peu près sur le trait, et terminer moi-même, car ça devenait un peu long.

Mais quand je regarde le résultat... waouh ! Je les aime toutes les trois.



Et vous, laquelle préférez-vous ?

PS: Si le billet n'est publié que maintenant, c'est qu'enfin toutes les cartes devraient avoir été transmises à leur destinataire !

mardi 3 avril 2018

Paroles de Bibous (17)

J'aimerais me souvenir de ces drôles de petites phrases que mes enfants prononcent. Alors je les note, et je les partage avec vous. Voici les dernières "paroles" rigolotes de mes petits mecs.


> Je sors d'un bâtiment avec mon Minus de 3 ans et demi, et des gens sont en train de fumer à côté de la porte.
Lui : Mais pourquoi y a des gens qui cigarettent ?
(Ensuite, il a même dit à l'une des personnes que ça faisait mal "au nez" et "aux poumons". C'est bien, mon fils)
> Un matin, je lance à mon grand :
- Mais comment tu fais pour être aussi mignon ?
Lui : Je ne sais pas... Mais je crois pas que c'est un pouvoir magique !

> Mon grand et moi, skis aux pieds, faisons la queue pour prendre une remontée mécanique, quand il me demande :
- Maman chat ? Au fait, ça sert à quoi le ski ?

> Les enfants parlent de sports, et le grand affirme qu'il n'arrivera jamais à faire je-ne-sais-plus quel sport qui nécessite beaucoup de force. Mais le petit l'encourage :
- Mais si tu fais de la musclerie ?



> Mon petit, malade, vient de vomir le médicament contre la fièvre que je lui ai donné.
Il propose alors : "Peut-être que tu pourrais me mettre un petit disque dur dans les fesses ?"

> Un matin, en partant, je fais un bisous sur la joue droite de mon grand, encore en train de prendre le petit déjeuner. Puis je l'entends s'écrier :
- Ah, ah, au secours, je suis tout déséquilibré !
Il penchait sa tête vers la droite, et voulait que je lui fasse aussi un bisou sur la joue gauche, pour le "rééquilibrer".

=)



samedi 31 mars 2018

Le courage de jeter

Ces derniers jours, je me suis beaucoup affairée à la maison, à vider armoires, tiroirs et placards et à trier frénétiquement toutes nos affaires - catégorie par catégorie.

Le tri des vêtements a été facile. J'aurais pu quasiment donner tout ce que j'avais - je n'ai pas grand-chose qui me plaise vraiment, à part de jolies robes d'été achetées l'année passée et quelques hauts dénichés il y a peu dans un magasin de seconde main.

Trier les vêtements de mes enfants a été un peu plus difficile. Surtout parce que l'aspect pratique l'emportait souvent dans ma tête sur le côté "cette pièce m'apporte de la joie". Mes deux petits mecs trouent leurs pantalons à la vitesse de l'éclair et je ne peux pas vraiment me permettre d'en jeter trop - même s'ils sont déjà rapiécés. J'ai quand même mis de côté tous les petits pulls unis et pas vraiment jolis, des pantalons informes ou d'autres trop petits - il était temps de sortir ceux-là de leur armoire.


Puis j'ai plié toutes les affaires verticalement - la manière de Marie Kondo - et j'adore désormais ouvrir mon armoire le matin pour choisir ce que je vais mettre. J'adore surtout admirer le contenu des tiroirs de mes enfants. Avec leurs petits slips joliment pliés et triés par couleurs, comme une jolie palette de peinture.

Les livres ont aussi été vite triés. Là encore, nos enfants en ont beaucoup plus que nous.

Parmi les livres qu'on ne souhaitait pas garder, quelques-uns, en bon état, assez récents, seront donnés. Mais la plus grande partie partira simplement pour la déchetterie, où ils seront recyclés. Parce que je me suis rendu compte qu'il fallait avoir le courage de jeter certaines choses, même si on pouvait avoir l'impression qu'éventuellement peut-être si ça se trouve ils pourraient encore intéresser quelqu'un. Les vieux livres à la couverture rigide ou abimée, les magazines pour enfants que j'avais déjà achetés d'occasion, les albums dont une partie de page est déchirée. Parce que je ne voulais pas encombrer une boîte à livres ni embarrasser une boutique de seconde main avec des livres en pas vraiment bon état.


Certains sont des livres qui m'ont plu, qui m'ont marquée - surtout ceux que j'ai lus à l'adolescence et qui ont trôné fièrement pendant des années sur l'étagère de ma chambre d'ado. Classés par ordre alphabétique du nom de l'auteur. De temps en temps, je les prenais tous, ainsi que les autres bibelots de ma bibliothèque, pour les épousseter avant de les remettre en place. Je connaissais tous les titres par cœur, et je ne rangeais là que les livres que j'avais déjà lus - laissant les livres "à lire" en pile sur ma table de chevet.

De ces livres, je n'en ai gardé que trois ou quatre. Des livres qui m'avaient marquée et me laissent comme un souvenir enchanté, mais dont j'ai pratiquement tout oublié. J'aimerais les relire, mais en même temps j'ai peur - peur que l'adulte que je suis devenue ne les apprécie plus autant, et qu'ils perdent de leur magie.

Bon. J'ai suffisamment laissé mon esprit divaguer. Le tri n'est pas encore terminé, et l'appartement est en chantier - plein de piles et de cartons de choses "à donner", "à rendre à maman" ou "à trier plus tard". Mais ça avance. Et l'idée d'avoir bientôt une place pour chaque chose m'apaise. Après avoir fait de l'ordre autour de moi, j'en ferai en-dedans. Enfin, j'essaierai.

jeudi 29 mars 2018

Poussins et papillons... de Pâques

De jolies images découpées dans des serviettes, un peu de blanc d’œuf pour les coller sur les coquilles, et voilà de jolis œufs durs bien décorés (qui aujourd'hui, ont déjà presque tous été dévorés).

Joyeuses Pâques !


vendredi 23 mars 2018

Dissoudre le fouillis...

Je vous disais récemment que j'avais besoin de mettre de l'ordre dans ma vie. Je vous parlais alors de la méthode KonMari, et des bienfaits du tri.

L'autre moyen que j'ai trouvé pour dissoudre un peu le fouillis qu'il y a dans ma tête est de m'efforcer de mieux m'organiser. Et pour cela, j'ai commencé un bullet journal.

Le principe, c'est qu'au lieu d'utiliser un agenda, on prend un simple carnet vierge, et on vient y inscrire nos rendez-vous, les tâches à accomplir, mais aussi, si on le souhaite, nos projets d'avenir, la liste des livres que l'on a lus, ce qu'on projette de cuisiner pendant la semaine, ou encore une liste de courses. Après, celles qui se sentent l'âme artistique peuvent y ajouter dessins, calligraphie et fioritures en tout genre - mais ce n'est pas obligatoire.

C'est cette vidéo de Bulledop qui m'a donné envie de me lancer. Ensuite, j'ai dévoré des tas d'autres vidéos sur le sujet, avant de me précipiter dans dans un grand magasin pour acheter mon carnet.

Après un faux départ en février, je me suis remise à mon bullet journal il y a à peu près une semaine. Et pour le moment, je suis carrément accro.

L'idée est de coller un post-il sur cette page. La page ne droite n'est pas terminée.

C'est un vrai plaisir pour moi de prendre un peu de temps pour faire quelques dessins, de jolies lettres. C'est des moments agréables que je ne passe - du coup - pas devant un écran. Et surtout, surtout, j'y note tout ce qui m'est utile pour m'organiser.

Je note le soir ce que je dois faire le lendemain.

Je consigne consciencieusement rendez-vous et échéances diverses.

J'inscris les mesures de mes placards afin de trouver des paniers juste de la bonne grandeur - pour ma folie du rangement, vous savez.

Je fais des listes diverses et variées - ce que je souhaite acheter, ce que je souhaite faire, les livres que j'ai lus.

J'adore les listes. J'ai toujours adoré les listes. Mais avant, je les faisais sur des petites feuilles de brouillon que je semais aux quatre vents coins de mon appartement. Maintenant, je les fais dans mon bujo, et je l'emporte partout avec moi.

Oui, cela ne fait qu'une semaine - je vous entend déjà ricaner. On verra bien combien de temps je m'y tiendrai, mais pour le moment, je le considère comme un des instruments qui m'aidera à atteindre ma paix intérieure.

mercredi 21 mars 2018

Sacs poubelle

Hier matin, en plus de notre sac d'ordures hebdomadaire, il y en avait deux autres, remplis de vêtements troués, tachés, ou simplement trop usés pour être donnés. La veille, j'avais apporté cinq ou six grands sacs en plastique pleins à un organisme qui revend, entre autres, des vêtements d'occasion à bas prix.

Oh, comme ça fait du bien. Comme on se sent léger.

Même si pour le moment, notre appartement est en chantier - il y a des piles de trucs sortis des placards mais pas encore triés, qui envahissent tout... Nous avons trié nos vêtements, et j'ai fait ceux des enfants. Demain, si tout va bien, nous nous attaquons aux livres.

Affaire à suivre, donc.



lundi 19 mars 2018

Longueur d'ondes

Illustration de l'expression : "ne pas être sur la même longueur d'ondes".

Un soir, je pianote sur mon smartphone.
Chéri : Tu fais quoi ?
Moi : Je cherche des boîtes.
Chéri : Ah bon ? Quoi comme boîtes ?
Moi : Ben, des boîtes de rangement.
Chéri : Ah ! Je croyais que tu parlais de boîtes de nuit !

samedi 17 mars 2018

Ordre et paix (d'esprit)

En ce moment, j'ai besoin de faire de l'ordre dans ma tête et dans ma vie. Fermer les yeux, inspirer profondément, laisser s'échapper tous les soucis en expirant. Et pour pouvoir faire de l'ordre à l'intérieur, je dois aussi en faire autour de moi.

Ranger.

Me débarrasser du superflu.

C'est un peu par hasard qu'au détour d'une vidéo sur Youtube, j'ai entendu parler de la méthode KonMari, méthode de rangement de Marie Kondo, qu'elle détaille dans un livre intitulé La magie du rangement. En principe, je suis un peu sceptique vis-à-vis de ce genre d'ouvrages. Les "méthode ceci", "méthode cela" ne m'attirent guère, et je n'ai jamais non plus été lectrice de bouquin sur le développement personnel ni de magazine de psycho.

Mais là, j'ai plutôt aimé ce que j'ai entendu. C'est ce que je recherchais, c'est ce qu'il me fallait - ce qu'il me faut - à cette période de ma vie. Ranger son intérieur une fois pour toutes, et arriver ainsi à se sentir mieux et à vivre comme on le souhaite. Soit. Essayons.

J'ai donc emprunté le livre à la bibliothèque et ai commencé à le lire.

Marie Kondo propose de voir le rangement en deux étapes :

- jeter tout ce dont on ne veut plus
- trouver une place pour chacune des choses que l'on garde.

On doit s'attaquer à nos affaires par catégorie : les vêtements d'abord, puis les livres, les papiers, les objets divers, et enfin les objets à valeur sentimentale. L'objectif est non pas de jeter tout ce qui ne nous sert plus, mais de ne garder que ce qui nous procure de la joie. On ne peut pas être malheureux dans une maison remplie uniquement de choses qui nous apporte du bonheur, si ?

Bon. J'essaierai. J'ai hâte de commencer le tri - je vois partout des objets qui ne m'apportent pas de joie et que je me réjouis de laisser s'en aller - mais je dois attendre un jour où mon mari sera là, qu'on puisse s'y lancer ensemble. Et un jour où nous n'aurons pas d'enfants dans les pattes. Il va falloir attendre un peu.

En attendant, j'ai déjà acheté des dizaines de boîtes et de paniers. Que j'ai, pour certains, déjà commencé à remplir, même si je devrai les vider à nouveau quand je m'attaquerai au tri. Et j'ai testé la méthode particulière de pliage de Marie Kondo avec les pyjamas de mes enfants. Ah, quel soulagement voir ce tiroir comme ça ! Vivement la suite.



jeudi 15 mars 2018

Ding, dong !

Ding, dong ! En lisant le thème de la photo du mois de mars - celle que l'on poste le 15 à midi, heure de Paris - j'ai tout de suite pensé à une photo en particulier. On y voit mon fils, qui avait alors deux ans, en train d'appuyer sur la sonnette d'inconnus - ding, dong ! - devant une magnifique porte rouge. C'était dans la petite ville de Dole, dans le Jura, que nous avons visitée pendant nos vacances. Personne n'a ouvert la porte ce jour-là - heureusement, j'aurais été bien embarrassée. Mais c'est donc cette photo que je vous présente aujourd'hui !


Je me demande bien quelles cloches, sonnettes ou autres instruments les autres participants auront choisi de nous montrer !

Sous mon arbre, François le Niçois, Albane, Philisine Cave, Christophe, Nanouk, Jakline, FerdyPainD'épice, Bubble gones, Mirovinben, Cricriyom from Paris, BiGBuGS, Josette, Julia, Gilsoub, Lyonelk, Alexinparis, J'habite à Waterford, Lau* des montagnes, Laurent Nicolas, Magouille, Lavandine83, PatteBlanche, Josiane, El Padawan, Blogoth67, Céline in Paris, Marie-Paule, Nicky, Pilisi, Eurydice, Giselle 43, DelphineF, Gine, Krn, Akaieric, Amartia, Danièle.B, Morgane Byloos Photography, Escribouillages, Renepaulhenry, Ventsetvoyages, écri'turbulente, Pat, La Tribu de Chacha, Lavandine, La Fille de l'Air, Aude, magda627, Mamysoren, Cara, Lilousoleil, Kellya, Betty, Xoliv', Chiffons and Co, Tambour Major, Frédéric

jeudi 15 février 2018

Contrastes

Un peu à la bourre ce mois-ci, j'ai donc choisi d'interpréter les Contrastes de la photo du mois avec cette photo prise en décembre, avec des couleurs complémentaires que j'aime beaucoup : le bleu et l'orange ! On peut y voir aussi le contraste entre la monotonie du temps, uniformément gris, et la joie éclatante et multicolore de mon petit bonhomme ;)


Et pour plus de contrastes... c'est par ici :

BiGBuGS, Renepaulhenry, Lilousoleil, Gilsoub, Cara, Chiffons and Co, Escribouillages, Angélique, Betty, Amartia, magda627, DelphineF, Frédéric, Aude, Julia, Mirovinben, Who cares?, Kellya, Nicky, La Tribu de Chacha, Philisine Cave, La Fille de l'Air, écri'turbulente, Marie-Paule, Lau* des montagnes, Lavandine, Christophe, Tambour Major, Jakline, Philae, Laurent Nicolas, Danièle.B, Alexinparis, Giselle 43, François le Niçois, Morgane Byloos Photography, Xoliv', Josette, Blogoth67, Nanouk, Sous mon arbre, Céline in Paris, Eurydice, Carolyne, J'habite à Waterford, Josiane, Magouille, Pat, Mamysoren, Chat bleu, Sandrin, El Padawan, Krn, Akaieric, Lavandine83, Lyonelk, Gine, Cricriyom from Paris

mercredi 17 janvier 2018

Maisons du bonheur... ?

Il y a quelque temps, je suis tombée sur un blog qui m'a touchée... surprise... retournée.

C'est celui d'une femme qui vit dans une maison gigantesque dans le sud des Etats-Unis, une maison entourée d'un grand parc planté de hauts arbres - une forêt - un endroit fantastique. Elle y vit avec son chien, ses poneys, ses poules, son mari et surtout leurs... 13 enfants. Dont 9 ont été adoptés en Chine.

Leur histoire, leur vie semble tellement irréelle, tellement féérique. Elle poste de magnifique photos de ses enfants, de sa vie, des images pleines de tendresse et de douceur.

Et moi, ici, de manière très égoïste, je me demande... comment c'est possible ? Comment est-ce que chez nous, un simple repas ou le moment du coucher peut tourner au cauchemar, pourquoi s'occuper de seulement 2 enfants me semble parfois une épreuve si insurmontable ? Alors bien sûr, elle ne dit sûrement pas tout. Mais tout de même... Elle raconte une sortie au théâtre pour voir le Casse-Noisettes avec ses sept plus petites filles. Au théâtre. Avec sept enfants. SEPT. La plus petite doit avoir 4 ans.

Mais comment fait-elle ?



Cela me donne envie d'un jardin, de temps, de soleil. De calme. Autant de choses qui parfois, semblent lointaines.

J'ai repensé aussi à cette autre maison du bonheur, dans laquelle nous avons passé quelques jours cet été. Une famille en Allemagne, près de Munich. Qui nous a accueillis grâce à Couchsurfing. Leur jolie maison, rien d'extravagant. Leur petit jardin, avec le trampoline, la balançoire, les anneaux suspendus à l'arbre, la petite piscine, les chevaux de bois. Les trois filles qui toute la journée jouent dans ce petit paradis. Sans bagarre, sans stress, sans cris, ou presque. Sans bataille au moment de passer au lit.

Comment est-ce possible ? Et pourquoi est-ce que nous, nous n'y arrivons pas ?

jeudi 11 janvier 2018

Conditionnement

Premier week-end de janvier, les 30 ans d'une amie, un chalet dans les Alpes loué pour l'occasion. Ski, luge, fondue, et même séance jacuzzi suivie d'une silent party... jusqu'à passé trois heures du mat'.

Dimanche matin, les idées pas encore très claires après cette folle soirée, mon mari et moi descendons vers 9h30 retrouver les parents de la jubilaire, premiers levés parce que premiers couchés. Nous sommes rejoints peu après à la table du petit déjeuner par un autre couple, qui a aussi de jeunes enfants. Nous plaisantons un peu sur le sujet, avant de parier que selon toute logique, la prochaine à se lever serait E., qui a une petite puce de deux ans.

Elle est arrivée à peine 10 minutes plus tard.

Comme quoi...