mercredi 14 janvier 2015

Sur le chemin du travail

Je disais il y a peu qu'un de mes objectifs pour cette année était de me trouver un "vrai" travail. C'est que pour le moment, je n'ai pour ainsi dire qu'un semblant d'emploi.

Attendre quelques minutes... que LE moment se produise. (Berne, Suisse)

Tous les lundis, je me rends dans notre charmante ville fédérale pour y donner un cours de français. Une fois par semaine, je suis donc absente de chez moi pendant plus de cinq heures pour donner une heure et demi de cours à une quarantaines de kilomètres de chez moi. Je redépense donc à peu près un tiers de ce que je gagne en billets de train ; autant dire que si je devais en plus faire garder mes enfants par quelqu'un d'autre que ma gentille et bénévole maman, ça ne vaudrait même pas la peine de me fatiguer. Si ce n'est pour grapiller un peu d'expérience, et pour profiter d'une matinée (presque) rien qu'à moi.

Au même instant, la façade du Palais fédéral s'illumine.


Le Palais a des airs de château fort...
C'est que tout le reste du temps, ou presque, je suis avec mes deux petites terreurs adorables garçons. Et même s'il arrive que le petit dorme et que le grand joue tranquillement, me laissant un peu de répit, ils ne sont jamais bien loin, et à n'importe quel moment, l'un peut se mettre à pleurer ou l'autre à brailler « Maman ! » comme si sa vie était en jeu (« Oui mon chéri, je viens jouer aux rails... faire rouler Thomas, ou Rosie ou qui tu veux »).

Palais fédéral et maison typique, Berne, Suisse.

Le lundi, j'ai donc ma matinée à moi. Dans le train, je peux lire, je peux rêver, regarder le paysage (en ce moment, de magnifiques paysages givrés, gris-verts, avant le lever du soleil) - ou revoir mes notes. Arrivée à destination, j'ai un peu de temps pour flâner avant le début du cours. J'ai testé à chaque fois un chemin différent pour me rendre dans l'entreprise où mon élève m'attend. À la recherche du trajet le plus court, mais aussi pour partir à la découverte de ruelles pittoresques, de maisons impressionnantes ou de détails étonnants.

Piste cyclable, Berne, Suisse

En ce moment, j'arrive là-bas juste à l'heure où le soleil se met à pointer au-dessus des Alpes, embrasant les bâtiments et faisant ressortir la fumée qui s'échappe des cheminées. Je suis ébahie à chaque fois.

Brins de gazon.
Cette semaine, je me suis enfin décidée à emmener mon appareil photo et ses trois objectifs (plutôt encombrants). Et je m'en suis donnée à cœur joie.

Cristaux sur une haie.
J'ai avancé lentement, je me suis arrêtée, j'ai cherché du regard tout ce qui pouvait m'intéresser, des monuments aux petits détails. La combinaison du givre déposé un peu partout et du soleil levant était juste incroyable. Et pas de poussette à trimballer ni de gamin à empêcher de se jeter sur la route. Le calme.

Saurez-vous deviner ce que l'on voit au premier plan ?
Au retour, la lumière avait perdu un peu de son enchantement, mais j'avais toujours du temps devant moi, alors j'ai continué.

Un peu d'amour...

Au bord de l'Aar.

Faune citadine.
En repassant devant le Palais fédéral, j'ai aperçu un attroupement et entendu le son de mégaphones.

Si vous regardez bien, vous apercevrez de drôles de créatures dans la foule...
Des orateurs étrangement déguisés s'exprimaient sur le recueil de signatures fructueux contre le percement d'un nouveau tunnel routier sous le Gothard.

Protégeons... les bouquetins ?
J'ai hésité à rester quelques minutes et à me joindre à la foule, alléchée par les tables couvertes de petits fours destinés à être dégustés une fois les discours terminés, mais j'avais quand même un train à prendre... alors j'ai passé mon chemin.

7 commentaires:

Brennignews a dit…

Quelles belles photos! Merci pour la balade ;) Je suis joueuse alors je dirai qu'au premier plan de la photo il s'agit du toit d'une voiture recouverte d'un peu de neige.

Anonyme a dit…

Un banc?

La photo de l'herbe est juste magnifique. magnifique. magnifique. (et les autres photos aussi hein, mais je crois que l'herbe givrée est ma préférée)
C'est beau le givre. :)

Pis, question: tu crois qu'ils ont effacé le panneau Aarziele II (j'sias pas si c'est II) 192 sur le coin de la maison? tu crois que la rue a changé de nom? et la maison de numéro?

continue comme ça! :D

Laf

Cara a dit…

BrenningNews : Bien joué, c'est bien le toit d'une voiture ! Mais ce n'est pas de la neige, juste du givre.

Laf : Ta question m'a bien intriguée ! J'ai donc fait quelques recherches :
C'est le quartier qui s'appelait Aarziele, et s'appelle maintenant Marziliquartier. Aarziele est maintenant encore le nom d'une rangée de maisons : Häuserzeile en allemand, d'où le Aarziele-H je pense (ce n'est pas un II). Et le numéro 102 est le numéro actuel de la maison, semble-t-il...

Anonyme a dit…

Aaah, Marzili, je connais.
:) Merci pour ces chouettes explications!
Il y a des bâtiments et lieux très intéressants dans la capitale.
Laf

elpadawan a dit…

Magnifique balade, j'espère que tu vas en trouver un, de vrai travail, quand même...

vivement a dit…

Joli chemin ! Jolies images ! J'aime moi aussi beaucoup photographier le givre ! J'avais trouvé pour la question mais la réponse a déjà été donnée ! ;)
Oui, parfois il n'est pas rentable d'aller travailler, ma sœur en a fait l'expérience ...

N a dit…

J'aime beaucoup tes photos de givre, ça rafraîchi!! :) J'hésite un peu à donner des cours de langues, parce que même si j'adooore enseigner, j'ai envie de profiter des matinées où les enfants seront à l'école pour faire quelques heures d'exercises, de musique ou de couture sans interruption... Trop dûr de choisir! :)