dimanche 8 novembre 2015

A la ronde

Aujourd'hui, c'est dimanche, et demain, ça recommence.


La même ronde, la danse. Les enfants, les cris, les pleurs... Le vide.


Il y a des jours où je me sens seule. Seule, mais si je l'étais vraiment, au moins j'aurais du temps. Je pourrais faire les choses plus rapidement. Je serais plus libre.

   


Ce matin, la brume, le soleil qui se lève. La solitude, mais la vraie, la bonne. L'air encore frais, un peu de chaleur à l'intérieur.

Un peu.


La brume se lève peu à peu, le soleil monte légèrement, mais la lumière reste belle.



Le ciel est barré de lignes blanches, je me demande où vont les gens qui sont là-haut. Est-ce qu'ils partent, est-ce qu'ils reviennent ? Est-ce qu'ils sont sereins ou stressés, heureux ou tristes... ?


Bon. Demain ma ronde recommence. Les enfants, leurs cris, leurs pleurs. On va essayer de s'en sortir.

7 commentaires:

Anonyme a dit…

hou la la ! un vrai coup de mou ! comment faire pour, de loin, vous donner du courage ?
Moi aussi quand mes enfants étaient petits j'avais cette impression de ne jamais être seule, de ne jamais avoir de temps pour moi ( j'étais institutrice et mes enfants avaient TOUJOURS les jours de congés que moi). J'avais quelquefois l'impression d'être une machine qui se mettait en marche dès que j'avais le pied posé à terre, je croyais que je ne m'en sortirai pas...et puis, je suis toujours vivante, mes enfants sont parents à leur tour, petit à petit j'avais appris à ME consacrer du temps, même quand ils étaient encore à la maison, sur les conseils d'un médecin qui m'avait dit : si vous ne prenez pas le temps, c'est le temps qui vous prendra!"
Prenez du temps pour vous, la personne la plus importante pour vous, c'est vous. Ce n'est pas de l'égoïsme c'est un principe de réalité.
Bon courage
B

elPadawan a dit…

bloup bloup bloup... Bon courage pour sortir un peu la tête de l'eau :)

martine a dit…

Ton message me touche et me parle...
Au début avec Tim, je me sentais seule et n'avais aucune amie à proximité et pas de famille ( absence d'une maman) avec qui partager mon quotidien...
Mais, peu à peu, j'ai fait la connaissance d'autres mamans et j'ai construit mon cercle d'amies et de copines...Et avec les enfants à l'école, j'ai enfin pu prendre du temps pour moi...
Tu verras, ce coup de blues ne sera plus qu'un mauvais souvenir...courage et bisous

Marie Dumetz a dit…

Un week-end chez grand-mère pour les enfants et une évasion pour toi? Une bouffée d'air ça n'empêche pas la routine de revenir rapidement, mais ça permet de prendre du recul et d'apprécier à nouveau les bons côtés.

Cara a dit…

Merci pour vos mots... Il y a des jours où ça va mieux que d'autres ! En général, les jours où j'ai vu du monde ;)

virevolte a dit…

Ce sentiment de vouloir connaitre un jour la vraie solitude, le besoin de souffler un peu, de ne plus être responsable des autres, je l'ai eu souvent. Comme la première personne qui a mis un message, je suis institutrice et lorsque je ne travaillais pas mes enfants étaient forcément avec moi tout le temps; j'ai du mal à comprendre certains parents d'élèves qui se plaignent des vacances, je me dis que eux au moins ils ont le temps scolaire pour souffler, moi, je n'ai pas connu, je n'ai pas eu non plus la chance de confier très souvent mes enfants aux grands parents pour diverses raisons. C'est vrai que c'est parfois dur d'élever ses enfants mais je pensais que je vivais cela à cause du manque d'implication de mon conjoint. Aujourd'hui mes enfants ont 16 et 19 ans, cela ne fait que quelques années que je m'autorise à vivre pour moi, à prendre des moments juste pour moi, ça fait du bien mais je regrette aussi les moments où mes enfants étaient petits, les moments de complicité, les jeux, les promenades, l'enfance passe vite, il faut en profiter. Après ils sont grands, vivent leur vie et on se retrouve bien seule et cette solitude est bien moins agréable.
Courage et il faut profiter des bons moments, ne pas laisser le pas aux mauvais moments et surtout demander de l'aide à l'entourage . ( chose que je n'ai pas faite et je le regrette aujourd'hui ! )

brennignews a dit…

Ce post est touchant, on te sent triste, mais difficile de savoir jusqu'à quel point... J'ai parfois ressenti ça, débordée, pas une minute à soi, tout le temps sollicitée et pourtant ce sentiment de solitude (et dire que je n'ai qu'un enfant!). Beaucoup de fatigue aussi peut-être? Je te souhaite de voir venir des jours meilleurs. Tes petits sont petits, c'est une chouette période mais c'est si épuisant physiquement et surtout nerveusement de leur apprendre la vie! Bises