mercredi 14 avril 2010

Elections

Toute l'Ile Maurice est en plein branle-bas de combat. Le 5 mai prochain (notre date d'anniversaire, en plus !) auront lieu les élections générales... Le peuple devra élire le nouveau premier ministre.

Il y a des jours où je suis heureuse de ne pas (encore) avoir la nationalité mauricienne. Si j'avais droit au vote, je ne saurais pas bien à qui donner ma voix dans toute cette mascarade. Depuis des mois, on n'entend parler que de possibles alliances, d'engueulades entre les membres du parlement, etc... les journaux reprennent toutes leurs frasques et en font des gros titres, mais jusqu'à l'annonce de la date précise - il y a à peine une semaine ou deux ! - on n'a pas lu une seule ligne ni entendu un seul mot de leur programme politique ou de leurs idées pour l'avenir.

Les Mauriciens se retrouvent donc, en gros, avec le choix entre Navin Ramgoolam, le président sortant, du "Parti Travailliste", parti de droite modérée malgré ce que laisse présumer son nom (allié avec deux autres partis, ils forment l'alliance bleu-blanc-rouge), et Paul Bérenger, du parti mauve, le "Mouvement Militant Mauricien", un peu plus à gauche... encore que ce soit difficile à juger, vu, comme je vous l'ai dit, qu'on entend très peu parler de ce qu'il compte faire.




En bref, si j'avais à voter, je pense que ma préférence irait tout de même au second, mais vraiment uniquement parce que voter pour un autre parti n'a pas vraiment de sens, étant donné leur peu de chance de gagner.

Les rues sont bariolées de fanions bleu-blanc-rouge ou mauves, de banderoles, les journaux et la télévision ne parelent que de cela... Pour la petite Suissesse que je suis, toute cette agitation est très inhabituelle et ne me plaît guère. Pendant quelques jours, juste avant et pendant les votes, les restaurants et bars auront l'interdiction de vendre de l'alcool... Histoire de limiter les mouvement de violence pendant les manifestations qui risquent d'y avoir... Ca promet !

2 commentaires:

Camila a dit…

Moi j'aimais bien l'ambiance des élections au Costa Rica, les voitures qui klaxonnent en agitant les drapeaux des différents partis, les maisons décorées aux couleurs des candidats... C'était très festif =P A part quand tu es pressée et que ton bus ou ton taxi se retrouve coincé dans un embouteillage créé par ces "défilés" =)

Cara a dit…

Festif, ça peut l'être...

Ce qui me dérange, c'est l'absence d'échange d'idées. Les différents partis s'envoient des fions (verbaux) en pleine gueule au lieu de dire pourquoi l'adversaire a tort, selon eux. Aucun des deux principaux parti n'a encore publié de manifeste. Dans les meetings, soit ils ouvrent la bouche pour tirer sur le parti adverse, soit pour balancer des banalités : "Nous allons combattre la pauvreté", "Notre alliance va oeuvrer pour l'avenir de vos enfants", "Nous allons faire une Ile Maurice meilleure", sans dire _comment_ ils comptent le faire...

Bref, de quoi me déprimer. Et peut-être qu'au Costa Rica, ça ne te touchait pas autant parce que tu ne vis pas là-bas...