samedi 28 juin 2014

Mettre au monde, ici ou là-bas

Ici ou là-bas, là-bas où ici, j'ai vécu deux naissances très, mais alors très, très différentes. Le premier ou le deuxième, ça fait aussi une différence...

Pour le premier, on ne sait pas à quoi s'attendre, du tout. C'est comment, une contraction ? Ça fait si mal que ça ? Et ce petit bébé, là... comment est-ce que je m'en occupe ? Pourquoi est-ce qu'il pleure ? Qu'est-ce qu'il faut faire ?

Bon, j'avoue, pour le deuxième, la cigogne a de nouveau oublié de livrer le mode d'emploi avec son colis. Mais le fait d'avoir déjà eu un petit modèle similaire, ça aide quand même énormément.

Ici ou là-bas, premier ou deuxième, voilà ce qui a changé, entre la naissance du Bibou et celle du Tout-Petit. (Ah, et pardon si mon blog est devenu un blog de maman-qui-ne-parle-que-de-ses-enfants).

Là-bas, le premier...
J'étais seule pour l'accouchement. Mon mari n'avait pas le droit d'y assister. Ni personne d'autre. Pendant le travail, j'étais vraiment seule, allongée sur un lit dans une salle sombre et grise (croyez-le ou non, mais il faisait vraiment très sombre), à subir les contractions sans que personne ne m'explique quoi que ce soit, ce qui allait se passer ensuite, combien de temps cela pouvait encore durer...

Ici, le deuxième...
Mon homme était là, nous étions avec une sage-femme que nous connaissions, que nous avions rencontrée plusieurs fois pour les consultations. Nous n'étions pas à l'hôpital mais dans une Maison de naissance. Les murs n'étaient pas blancs et les fenêtres avaient des rideaux verts et mauves. La sage-femme nous expliquait se qui allait se passer, où on en était...


Là-bas, le premier...
Je n'avais pas le droit de manger, ni même de boire. On me disait que le bébé ne pourrait pas passer si ma vessie était pleine. Après une nuit de contractions, j'étais assoiffée... Je n'avais pas non plus le droit de me lever. "Allonge-toi sur le côté gauche, et attends !" C'est quasiment mot-à-mot ce qu'une sage-femme m'a dit. Quand je faisais quelques pas autour de mon lit pour tenter d'atténuer un peu la douleur, je semblais l'agacer au plus haut point...
Le Bibou, mon premier né là-bas

Ici, le deuxième...
"Essaie de manger un peu, tu auras besoin de forces !" m'a dit la sage-femme quand je lui ai dit ne pas avoir faim. C'était juste après que nous soyons rentrés d'une balade en forêt, non loin de la Maison de naissance, que nous avions faite pour tenter d'intensifier les contractions. Balade au lever du soleil, vue sur le lac, chant des oiseaux dans les branches...

Là-bas, le premier...
Personne ne m'a expliqué comment pousser. Comment respirer. Heureusement, la sage-femme qui était là à ce moment était gentille, ce n'était plus la grincheuse de la veille. Au bout d'un moment, j'avais tellement mal partout que je ne savais plus si j'étais en train d'avoir une contraction ou non. J'ai gémi plusieurs fois : "Mo pa pu kapav... Je ne vais pas y arriver". La gentille sage-femme m'encourageait : "To bizin kapav, tu dois y arriver".

Ici, le deuxième...
On m'avait expliqué comment pousser, mais sur le moment, j'avais tout oublié. Alors on m'a réexpliqué. Prendre sa respiration, la bloquer en poussant. Respirer à fond entre deux contractions, essayer de se détendre, reprendre des forces pour la suivante... Je me suis plainte aussi, mais je savais que j'allais y arriver, je l'avais déjà fait. Et j'étais encouragée dès que je manquais de forces. Je n'étais pas allongée sur un lit pieds dans les étriers, et ça, ça fait une grande différence aussi.

Tout-petit, mon deuxième né ici

Là-bas, le premier...
Quand enfin il est arrivé, et que la sage-femme me l'a posé sur le ventre, ça m'a fait une drôle de sensation. C'est comme si à force de pousser, d'avoir mal, d'attendre, j'avais oublié que tout cela était destiné à faire venir mon bébé ! J'ai été presque étonnée, l'espace d'une demi-seconde, puis tellement soulagée d'avoir enfin mon petit tout contre moi. La sage-femme l'a soulevé à nouveau en me disant : "Guette ki bébé tone gagné" - "Enn ti garçon..." ais-je murmuré, même si je le savais déjà. J'étais tellement bien, heureuse enfin...

Ici, le deuxième...
Quand il est sorti, je crois bien que j'ai pleuré, mon homme a pleuré... Quelle émotion... La sage-femme me l'a tendu et je l'ai pris dans les bras. Cette fois-ci, j'étais curieuse d'enfin savoir : "Oh, c'est un garçon !" Je l'ai serré dans mes bras. J'avais encore très mal, mais mon petit était là. Enfin. Mon deuxième petit bonhomme.

10 commentaires:

Mam a dit…

Bon, ben voilà que j'ai les yeux qui piquent !
C'est tellement intense, une naissance ! Et elles sont sans doute toutes différentes.
Le plus important, c'est que tu aies deux petits garçons magnifiques, même si le vécu n'est pas oublié pour autant.

L'azimutée a dit…

Oh, je n'avais pas vu, félicitations, quel beau bébé !!!

J'ai accouché 2 fois en Suisse, dans le même hôpital, et même là le ressenti était différent.

Heureusement qu'il y a eu la péridurale pour le premier (24 h de travail !) (Ma pauvre, je ne sais pas comment tu as fait, ton histoire me donne des frissons.)

Charlotte est arrivée vite, sans péri, entre filles (mon mari était resté avec notre fils), un souvenir merveilleux.

Je vous embrasse, et bon vent à 4 !

elpadawan a dit…

Et oui, d'un pays à l'autre, les procédures changent... Et tu as de la chance d'avoir accouché en maison de naissance. Tous les pays n'en ont pas forcément. Et je trouve que c'est tellement mieux pour la maman, et par conséquent pour le bébé... :)

Cara a dit…

Maman : Oui, et à vrai dire je suis plutôt heureuse d'avoir ces histoires à raconter... Je les garde, ça fait partie de ma vie !

L'azimutée : Heureusement que ça n'a pas duré 24 heures... surtout pour le premier, je ne sais pas comment j'aurais fait. Il est arrivé en une douzaine d'heures, et le deuxième en à peine 9 ou 10 heures. Merci beaucoup pour ton gentil commentaire !

Elpadawan : Oui, j'ai vraiment, vraiment adoré cette maison de naissance, c'est vraiment une chance d'avoir pu accoucher là-bas !

Eric et Lydia a dit…

Félicitations aux heureux parents!

Anonyme a dit…

ce "blog de maman" est plein de tendresse et de sincérité. Chaque naissance est si différente, même quand elles ont lieu au même endroit, mais pour vous ce fut VRAIMENT différent...
Je suppose que le papa a dû lui aussi apprécier de pouvoir être présent.
Je vous souhaite le meilleur à tous les 4
B

Anonyme a dit…

J'ai aimé ton post, c'était écrit d'une très belle manière. :)
Gros becs à vous tous!
Eldarian

BrennigNews a dit…

Des souvenirs gravés dans ta mémoire... Merci de les partager!
Pas de préparation à l'accouchement à Maurice? J'imagine que dans les cliques genre Aplollo c'est peut-être différent...
Je ne savais pas que le papa ne pouvait pas assister à l'accouchement, c'est dur !!
Bises

Cara a dit…

Eric et Lydia : Merci beaucoup !

B : Merci B, chaque naissance est unique c'est vrai...

Eldarian : Merci !

BrenningNews : Non, pas de préparation à l'accouchement... Ma belle-soeur a accouché à la clinique Darné et je ne crois pas qu'elle en ait eu non plus. Par contre, niveau encadrement, c'est clair que c'était très, très différent !

lavandine a dit…

Les maisons de naissance n'existent pas en france et la femme de mon cousin et allée accoucher de l'autre côté de la frontière, en Allemagne me semble t-il à moi que ce ne soit en suisse.
Le soir même elle rentrait chez elle avec la poupette.
Bizzzzzz