vendredi 8 février 2019

Février sans supermarché, première semaine - Journal

Jeudi 31

Mon mari a vite couru au supermarché pendant qu'on en avait "encore le droit" pour acheter des oranges, du beurre, et deux ou trois autres denrées alimentaires. Je crois que ce défi l'angoisse quelque peu.

Samedi 2

Premier choc financier : le prix du jambon ! C'est sans doute un prix beaucoup plus juste pour la viande, mais... ça coûte cher. Une quinzaine de francs pour un peu plus de 300 grammes.

Par contre, de jolies surprises au marché : un oignon offert à un stand de légumes, un peu de menthe offerte à un autre stand où je n'ai pourtant rien pris d'autre. Et puis, c'est agréable d'être à l'extérieur, même s'il fait froid. Même mes enfants se tiennent à peu près tranquilles. L'astuce, c'est de bien les nourrir juste avant les courses. Et puis au marché, pas de passage devant le rayon jouet, ni devant les chocolats. Ça évite pas mal de tentations.

Lundi 4

Première petite entorse : du papier toilette acheté au supermarché. On ne savait pas trop où l'acheter d'autre, même s'il y en a sûrement à la petite épicerie du village (je n'ai jamais vérifié). Et mon mari voulait absolument du papier toilette recyclé, alors on a pris notre marque habituelle.

Mardi 5

Pour compenser le prix du jambon, j'ai décidé de cuisiner un peu plus souvent végétarien. C'est déjà un de mes buts depuis quelques temps, d'essayer de diminuer un peu la quantité de viande. Alors j'ai enfin penser à faire tremper des haricots rouges. Mais comme je suis une bille avec la cocotte-minute, je n'ai pas réussi tout de suite à les cuire, et j'ai dû ouvrir une boîte (qu'on avait dans le placard) pour éviter de donner à manger trop tard à mes enfants. Haha.

J'ai finalement réussi à cuire mes haricots - le petit bidule sur le couvercle de la marmite doit monter pour que la pression se crée, c'est évident, non ? Ah oui ? Bon.

Jeudi 7

J'ai servi les haricots rouges, que j'avais finalement réussi à faire cuire, en les mixant et en faisant un genre de boulettes. Ça n'a pas eu de succès auprès des enfants - et j'avoue que je n'ai pas vraiment aimé non plus. Il faudrait que je trouve davantage de recettes végétariennes qui nous conviennent... et surtout, que les enfants mangent !


Rendez-vous vendredi prochain pour le journal de la deuxième semaine.

6 commentaires:

  1. Au Brésil c'est pas tout le monde qui peut se permettre d'agrémenter les haricots avec du bacon, alors ce qu'on m'a dit c'est "aïl pour les haricots, onions pour le riz" (mais j'ai rencontré des gens qui faisaient le contraire)... Et voilà qui rendait végétarien le plat national (arroz/feijão)! C'est simple, bon, et pas cher.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais comment est-ce que tu cuisines le riz avec l'oignon ? En ce moment, je fais souvent des haricots rouges avec de la sauce tomate, tout simplement. Les enfants aiment bien, ouf.

      Supprimer
  2. Chouette défi ! Le marché est un endroit que j'adore, c'est très convivial. J'ai hâte de voir la suite de tes aventures :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, merci !! Ton message me fait très plaisir ! La suite des aventures est là ;)

      Supprimer
  3. J'adore cette idée et compte-tenu de mon mode de vie, ça ne devrait pas être trop difficile à réaliser.
    C'est sans doute plus difficile avec des enfants. Bravo !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. N'hésite pas à te lancer ! La principale difficulté avec les enfants (en tout cas les miens) est de leur faire accepter les changements, et donc de nouveaux légumes, de nouvelles habitudes... Mais on s'accroche ;)

      Supprimer

N'hésitez pas à me laisser un petit mot. Même si vous venez pour la première fois, même si vous tombez par hasard sur un ancien article. Ça me fait toujours plaisir ;)