samedi 2 octobre 2010

Quel bazar !

Ce matin, petit tour au marché de Port-Louis avec ma belle-maman, pour acheter de la viande en prévision des grillades au bord de mer de demain. On y a aussi retrouvé Fidou, la tante de mon chéri, qui sera elle aussi de la partie.

J'aime bien me balader en ville le samedi, même si ce n'est pas de tout repos. Au bord des rues noires de monde (et de véhicules), s'entassent de nombreux marchands ambulants, qui vendent de tout, absolument de tout : des vêtements plus ou moins jolis, des montres de fausse marque, des ceintures, des bijoux fantaisie. On trouve aussi de petits vendeurs de fruits et légumes, ceux qui vendent leurs petits tas de mangues vertes, ceux qui proposent des bouquets de persil, de thym ou de cotomili à 5 ou 10 roupies. Des allumettes, des cotons-tiges, des sparadraps, des craies anti-insectes, des passoires ; on trouve absolument de tout dans la rue.

La plus bondée est celle qui mène au bazar. Plus ou moins piétonne, elle est encombrée de chaque côté d'étals en tous genre. Le marché en lui-même compte trois parties : un côté fruits et légumes où j'ai l'habitude d'aller acheter quelques fruits ou une salade (quand je ne les prends pas sur le chemin du travail), un côté viande et poisson, et un côté "bazar pour touristes" où le pris des babioles et autres est au moins cinq fois plus élevé que n'importe où ailleurs.

Nous nous sommes donc rendues du côté de la viande. Là où je n'aime pas trop m'aventurer. Les morceaux de boeuf, de poulet ou de porc sont disposés à même les étals, à la merci des mouches (et même parfois des chats !), subissant la chaleur en été, ou alors suspendus à des crochets, le tout sous un plafond sur la charpente duquel on n'a pas du passer la poussière une seule fois depuis sa construction en 1828.


Autant dire que l'odeur de ce charmant mélange est quelque peu prenante. On peut y acheter du frais comme du congelé (eh oui, la modernité y a quand même fait son apparition).



Bref, je n'ai jamais osé y faire mes courses toute seule (ahh, les bons vieux congélateurs des supermarchés !), mais il n'empêche que là, au moins, on peut demander exactement la quantité que l'on veut, de ce dont on a besoin.


Comme mes photos (prises avec mon téléphone portable) n'étaient pas terribles, j'ai testé le filtre "aquarelle" de photoshop. Plutôt chouette, non ? De quoi rendre le tout beaucoup plus poétique ;)

1 commentaire:

Mam a dit…

Poétique... je ne suis pas sûre que c'est l'adjectif que j'aurais choisi :D !
Bon dimanche à la plage mes colinous ;) !