dimanche 21 août 2011


 Un pan de mur en bois, des volets, et les débris d'un toit ; voilà tout ce qui reste du premier étage de cette maison de la rue Bourbon, à Port-Louis, probablement encore habité il n'y a pas si longtemps... Les occupants devaient commencer à se sentir un peu oppressés, entourés par tant de si grands immeubles. La nature, elle, se fiche bien des gratte-ciel, et commence déjà à reprendre la place qui lui est due.

Aucun commentaire: