mardi 27 mars 2012

Il pleut, il pleut, bergère

Depuis hier, il pleut. Cela n'a pas arrêté. Et ici, je crois vous l'avoir déjà dit, quand il pleut, ce n'est pas rien. Par intermittences, ce sont de grosses averses aux grosses gouttes qui s'écrasent sur le sol et les maisons, qui remplissent les caniveaux, font déborder certains cours d'eau et inondent les jardins.

Et puisqu'une image, paraît-il, vaut mieux que mille mots, voici ce que cela donnait sur les toits en face de l'endroit où je travaille :




Et sur le chemin du retour, je me suis arrêtée quelques instants pour photographier... des escargots, qui s'en donnaient à cœur joie !


 
PS: Notre couchsurfer chilien est venu et reparti. Très sympa, on a discuté des indigènes chiliens et de voyages à la Réunion. Il se trouve qu'il a étudié l'anthropologie physique : "If you give me a bone, even broken, I can tell you if it's a man or a woman, his or her ethnical origine, and his or her age", nous a-t-il affirmé dans un anglais au charmant accent hispanique. Evidemment, en entendant ça, j'ai tout de suite pensé à la série que ma maman aimait bien regarder : Bones, justement (renommée Nonos par ladite maman). Mais en ce moment, notre ex-hôte écrit... le scénario d'un film ! Rien que ça, on a hébergé une célébrité en devenir dans notre salon. En tout cas, on garde de très bons souvenirs de cette rencontre.

PPS: Le Bibou a été un peu malade. Conjonctivite, les yeux tout collés et qui coulent, fièvre... Mais ça a l'air d'être passé, et très rapidement en plus ! Heureusement, car je crois que ni moi, ni mon chéri n'aurions supporté une troisième nuit sans sommeil.

3 commentaires:

Mam a dit…

Haha ! Avant que tu le mentionnes, dans ma tête, je me disais justement "mais il pourrait jouer dans Nonos !"
:D

Pauvre tit Bibou malade... et pauvres parents fatigués...
Heureusement que c'est passé vite !!!
Bisous !

Laf a dit…

Waouw, la pluie, ça c'est des trombes d'eau!!! et j'avais pas pensé qu'il y avait des iskyrgyts à Maurice. Ils sont choux!
Smoutch ma ptite :)

Camila a dit…

Ici c'est sec sa mère, j'aurais jamais pensé que ce pays pouvait devenir aussi sec... J'en viens à être contente quand il pleut quelque gouttes, alors que le semestre passé la pluie quotidienne avait quelque chose de déprimant...

J'aurais bien aimé moi aussi parler des indigènes chilien avec votre couchsurfer :)