vendredi 21 mai 2021

Quelques nouvelles (à défaut d'un titre plus inspiré)

Depuis quelques jours, je me suis remise à la lecture des blogs que j'avais l'habitude de suivre - je ne m'étais pas rendu compte à quel point ça m'avait manqué. Quel délice de se replonger dans les aventures et les états d'âmes des autres, ces personnes lointaines et proches à la fois. Alors depuis le temps que j'y pense, depuis le temps que je le dis, je compte bien me remettre également à écrire ici.

 

A la fin février, j'ai ENFIN rendu mon travail de master. A la dernière minute, le jour du dernier délai, comme d'hab. Ce qui m'a valu quelques émotions, car je n'avais à ce moment plus accès à l'icône sur le compte en ligne qui m'aurait permis de soumettre la version pdf dudit travail (ce qui est indispensable, en plus des versions papier). Après quelques e-mails paniqués au décanat, à ma prof ainsi qu'à toutes les personnes à qui j'ai pu penser et qui pouvaient potentiellement m'aider, et après quelques heures angoissantes à attendre les réponses, tout s'est arrangé : je pouvais envoyer le pdf par e-mail et venir déposer la version papier à l'université.

J'ai passé plusieurs minutes accroupies au bord du chemin à observer plein de minuscules sauterelles se réchauffer au soleil...

Les dernières semaines avaient été laborieuses, j'avais eu un mal fou à me mettre au travail, à avancer, à faire les modifications demandées par ma prof. J'aurais voulu faire beaucoup mieux, mais j'ai fait aussi bien que possible. 


J'aimerais pouvoir dire que le fait d'avoir rendu ce travail m'a soulagée, mais ça n'a pas vraiment été le cas. En partie parce que je me suis immédiatement mise à angoisser pour la suite (la soutenance, la recherche d'emploi), mais aussi parce que je n'arrivais pas à être vraiment contente de moi. C'est que je suis une personne qui a tendance à être très perfectionniste, et si ce terme peut donner une image prétentieuse, en réalité, ce qui se cache derrière peut être un vrai calvaire. Ça signifie ne pas être capable de lâcher prise, ne pas savoir s'arrêter avant que le résultat ne nous convienne parfaitement, être étonnée quand une chose que l'on a faite est jugée très bonne par quelqu'un d'autre, et être rarement fière de soi et encore moins sûre de ses compétences...

Je ne savais pas qu'il y avait de l'ail des ours à cet endroit avant de voir ces fleurs. L'année prochaine, je saurai où venir en chercher.

Quelques semaines plus tard est venue la soutenance (préparée à peine quelques jours à l'avance, à vrai dire je modifiais encore mon Power Point 45 minutes avant le rendez-vous sur Zoom). C'est allé mieux que je pensais, j'étais plutôt à l'aise et j'ai à peu près réussi à respecter la limite de temps. Le jury a délibéré, j'ai eu ma note, j'ai réussi ! Et enfin, ENFIN, après plus de quatre ans et demi, j'avais FINI, vraiment fini. Je ne sais pas vraiment dire ce que j'ai ressenti à ce moment-là, peut-être qu'il y avait enfin un peu de soulagement. Un grand vide, aussi. Après tout ce temps avec cet objectif en tête, l'obtention de mon master, comme un port éloigné au bout d'une longue traversée en mer... La mer est traversée mais maintenant, il faut réussir à s'adapter à la vie sur terre. 

Sur le point d'éclore...

Je me suis donc inscrite au chômage, et j'envoie mes postulations réglementaires (minimum 8 par mois). Certaines offres m'enchantent et je me donne beaucoup de peine pour écrire ma lettre de motivation. D'autres m'enchantent moins (les jobs que je suis quasiment sûre de ne pas obtenir, ceux qui ne sont pas exactement dans mon domaine...) mais écrire ma lettre me demande quand même beaucoup d'efforts (cf. ci-dessus, mon éternel besoin de perfection...).


A relire mon texte, je me rends compte que ça sonne bien négatif - et c'est vrai que ce n'est pas une période toute facile pour moi. Cela dit, ça pourrait être pire, et il y a quand même l'espoir que cette situation se débloque bientôt, que je sois bientôt enfin appelée pour un entretien, et que je trouve bientôt du travail... on croise les doigts.



20 commentaires:

  1. J'aime beaucoup tes photos et particulièrement la photo de la petite sauterelle !

    Déjà, félicitations pour ton master, c'est vraiment top ! :D
    Pour les lettres de motivation, j'ai arrêté de m'arracher les cheveux à partir du moment où j'ai suivi une formation en ligne. Maintenant, elles sont toutes quasiment sur le même modèle. Je rajoute une phrase ou deux quand un truc spécifique est demandé sur une annonce. Avant, je n'avais que des non-réponses, maintenant, même si c'est pour me dire non, on me contacte de manière personnalisée et j'ai parfois des entretiens, donc c'est que ça marche ! Les deux idées principales du formateur c'est 1) la lettre de motivation c'est pas "ta motivation à travailler" mais "motiver le recruteur à te recruter" et 2) prouve tout ce que tu dis : si tu dis "j'ai l'esprit d'équipe" tu dois donner un exemple de ta vie pro qui prouve que tu sais bosser en équipe, et comme ça pour tout.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les conseils, je vais essayer de les appliquer !
      En même temps, j'ai lu récemment sur un site pour l'emploi que seuls 40% des recruteurs lisent les lettres de motivation, la plupart s'intéressent avant tout au CV.

      Supprimer
    2. Je pense que les lettre de motivation sont lues quand elles sont intéressantes. Si le recruteur commence à lire "Récemment diplômée d'un Master en XXX, je recherche actuellement mon premier emploi dans le domaine YYY. Votre annonce a retenu mon attention blablabla" il zappe parce que : "récemment diplômée" OK : il l'a vu dans ton CV ; "Master XXX" pareil ; "premier emploi" : on s'en doute. Moi je commence toutes mes lettres de motivation en mode rentre-dedans : "mes diverses expériences m'ont permis d'acquérir les compétences nécessaires à cet emploi" BIM ! Et ensuite je justifie tout (montage audio, reportage, esprit d'équipe, réactivité, etc.), point par point, en suivant la liste de l'annonce. Après, je ne mens pas : s'il y a un point que j'ai pas, je le zappe et c'est tout, mais tout ce que j'ai, je coche.
      En fait c'est surtout que les lettres de motivation sont lues vite fait en diagonale donc si t'accroche pas le mec direct, c'est un peu mort et effectivement ce sera pas lu. Mais ça peut être un vrai atout. J'ai aussi lue l'anecdote d'une dame qui a mis "personne ne lit les lettres de motivation, donc appelez-moi et on saura en 5 minutes si on matche" : le mec l'a appelée (au final elle a refusé l'offre).

      Supprimer
  2. Comme c'est agréable de te lire à nouveau! J'ai moi aussi un côté perfectionniste qui me coince pour beaucoup de choses, et je suis en constant "dispute" avec moi-même pour ne pas rester immobile par peur d'échouer ou de ne pas être à la hauteur! Je m'exaspère moi-même!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh, eh bien on peut se comprendre sur ce point...

      Supprimer
  3. Félicitations, je t'admire d'avoir réussi à finir ce Masters avec les complications de la vie que tu as dû traverser en même temps! Et je croise les doigts pour le boulot!! Tes photos sont toujours aussi superbes et j'adore en voir de nouvelles :)

    RépondreSupprimer
  4. Félicitations et courage pour la suite.
    A propos du commentaire précédent, dans mon entourage,quand on doit donner un exemple, on peut aussi le choisir dans le bénévolat, ou chez les scouts.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut vraiment que je pense à mettre en avant toutes les expériences que j'ai déjà eues, j'ai souvent tendance à me dire que ce n'était pas assez bien...

      Supprimer
  5. C'était évident que tu allais l'obtenir ce fichu master. Bravo, et tu peux être très fière de toi ! Quant au job, je te souhaite qu'il arrive très vite. Mais profiter un peu du calme après la tempête ne fait pas de mal ☺️.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Le problème, c'est que je vais finir par me noyer dans cette eau si calme ;)

      Supprimer
  6. Félicitations! Mener un projet à bien avec des enfants et au coeur des tumultes de la vie (plus toute la période COVID) est un tour de force. Prends le temps de savourer cette étape, et fais taire la voix de l'insatisfaction. Ça peut faire ça quand on s'est tant donné sur un projet... la peur du vide, une certaine sensation d'inachevé. Faut juste atterrir et réaliser, puis être fier de soi!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai oublié de dire, mais si j'étais à côté de toi j'achèterai une bouteille de mousseux! La fin d'un master faut célébrer ça! Bravo! 🥳

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai fait juste après la soutenance, j'étais allée manger un bon petit repas et boire un peu de mousseux chez mes parents (les enfants étaient chez leur papa...)

      Supprimer
  8. Ouf ! Quelle pression nous nous mettons tout de même pour juste vivre ! J'ai l'impression de lire mon fils ! Et aussi pour rendre tout à la dernière minute ! ;) moi, je n'ai jamais pu faire ça, j'aurais été bien trop angoissée, il fallait que tout soit fait en temps et en heure et même à l'avance ! Dès que j'ai quelque chose à faire je stresse tant que ce n'est pas terminé !
    Félicitations et bonne chance pour trouver du boulot maintenant !
    Et comme d'habitude les photos sont magnifiques ! une respiration !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais compris comment certaines personnes pouvaient rendre des travaux en avance, je crois que ça ne m'est jamais arrivé de toute ma carrière scolaire / lycéenne / universitaire :'D Même quand je m'y prends en avance, je finis par tout laisser de côté avant d'avoir complètement terminé... pour le reprendre à la dernière seconde. C'est plus fort que moi ! (Et ça ne veut pas dire que je ne stresse pas, au contraire, ça me pourrit bien la vie...)

      Supprimer
  9. Bravo!!!!! et je souhaite beaucoup de réussite pour les réponses à tes demandes d'emploi afin que tu puisses choisir ce qui te conviendra le mieux !
    Merci pour ces photos qui sont très belles ( comme toujours )

    RépondreSupprimer
  10. ah te revoilà !!! bon j'ai un gros train de retard, je m'étais éclipsée aussi... lol
    félicitations pour ton master je te tire mon chapeau, moi je n'aurais jamais pu me replonger dasn ce genre de choses, surtout avec les enfants, alors un grand bravo !!!
    reviens vite nous donner de quoi lire ici, j'adore te suivre!

    RépondreSupprimer

N'hésitez pas à me laisser un petit mot. Même si vous venez pour la première fois, même si vous tombez par hasard sur un ancien article. Ça me fait toujours plaisir et j'essaie de répondre à tout le monde ;)